Accueil Culture Architecture Mouzabite, un savoir ancestral en PHOTOS

Architecture Mouzabite, un savoir ancestral en PHOTOS

911



L’architecture mozabite obéit à des règles immuables auxquelles personne ne peut déroger. Dans une ville mozabite, le premier édifice à construire est la mosquée. Autour d’elle, les maisons viennent se greffer en cercle concentrique jusqu’aux remparts de la cité. Les habitations ont presque les mêmes dimensions, ce qui rend difficile la distinction des maisons des riches de celles des pauvres. Les ruelles ont une largeur de deux mètres, à peine de quoi laisser passer deux mules ou un cortège funéraire. Cette constitution permet d’éviter l’immixtion du sable lors des tempêtes et rend les lieux plus frais en temps de grande chaleur.

Les ruelles, qui donnent sur la mosquée ainsi que sur les sites qui tenaient lieu jadis de siège de commandement de la cité et de centre d’approvisionnement en denrées et armes en temps de guerre, sont étroites et couvertes.

A l’époque de leur construction, il s’agissait de rendre difficile l’infiltration de cavaliers ennemis, à l’intérieur de la ville, tout en permettant aux habitants de passer d’une terrasse à l’autre en toute sécurité.

D’autres rues ont été conçues plus larges pour abriter des activités commerciales tels les souks. La superficie d’une maison mozabite ne dépasse pas, dans son ensemble, 100 m2. Elle est composée de deux étages au plus et d’une terrasse. Le seuil de la porte (el-atba) est toujours surélevé à hauteur de 10 cm pour empêcher la terre de pénétrer à l’intérieur et l’air froid de s’échapper durant l’été.

Un couloir appelé “Tasqift” mène droit vers wast eddar, une cour intérieure aérée et éclairée par une ouverture sur le ciel.

La hauteur de chaque maison ne doit pas dépasser 15 m comme il est interdit de construire un mur obstruant la lumière du soleil au voisin. Une règle qui date de l’an 1743 et qu’on respecte scrupuleusement depuis.L’eau de lessive ne doit pas couler de la terrasse vers le mur du voisin et une fenêtre ne peut être ouverte quelle que soit sa superficie avant que le voisin ne le permette et c’est à lui d’indiquer l’endroit de l’ouverture.

En cas de litige, une plainte est introduite auprès de deux personnes maîtrisant l’art de la construction, élues selon le traité datant de l’année citée précédemment.Au cas où le litige perdurerait, il est transféré vers le comité des Azzaba. Il s’agit d’un comité composé de sages chargés de régler les problèmes entre Mozabites.



11

Arrière