Le groupe hôtelier français Accor Hotels, qui célèbre cette année le 50e anniversaire de sa création, entend renforcer davantage son implantation en Algérie où il est présent depuis 1992 avec l’ouverture du Sofitel Alger.

« Nous voulons développer d’autres marques du groupe comme Pullman. Pullman sont des hôtels 5 étoiles destinés principalement aux hommes d’affaires mais sont aussi aptes à accueillir des familles, des couples, etc. Tous les hôtels Pullman ont des espaces séminaires qui sont très importants. Ils peuvent donc accueillir les grandes manifestations », a annoncé, dimanche 17 décembre au soir, à l’hôtel Ibis, à Tlemcen, Narimane Morsi, responsable de Communication et du Marketing du groupe Accor Algérie, à la faveur d’un voyage de presse, organisé dans l’Oranais, en présence de Pierre Alain Bignalet, directeur de Ibis Oran et Tlemcen.

Le groupe envisage l’ouverture d’un nouvel hôtel Mercure à Ain Benian, sur la côte ouest d’Alger. « L’ouverture est prévue entre fin 2019 et début 2020. Nous avons signé le contrat de management en 2015. La carcasse de l’hôtel Africana est déjà en place. Il y a un plan de charge qui a été donné au propriétaire afin que la construction soit aux normes d’un hôtel de la marque Mercure. L’hôtel aura une capacité de 152 chambres avec espace séminaire et espace bien-être. Le chantier va bientôt reprendre », a précisé la responsable d’Accor. Le groupe gère déjà un hôtel Mercure à Alger (Bab Ezzouar). Le Sofitel Alger et le Mercure Alger sont la propriété de l’EGT Centre (entreprise publique) qui a signé un contrat de management avec le groupe français.

Sofitel Thalasso à Sidi Fredj

À Sidi Fredj, sur la côte ouest d’Alger, Accor va obtenir la gestion du centre de thalassothérapie après la fin des travaux de rénovation. « Le futur Institut de Thalasso sera géré par Sofitel vers 2020 avec une capacité de 240 chambres », a souligné Narimane Morsi.

En 2005, Accor Hotels a établi une joint-venture avec le groupe privé propriété de Djillali Mehri (Gimmo), Siaha, détenue à égalité 50/50. « Dans le cadre de Siaha, nous avons un projet d’un Novotel à Bab Ezzour, à Alger. Un hôtel de 255 chambres avec espace séminaire, espace bien-être, piscine. Il faut préciser que tous les hôtels construits dans le cadre du partenariat avec Gimmo sont en contrat de management aussi. Accor Hotel est le seul groupe hôtelier à investir en Algérie. Les autres groupe sont présents soit en franchise soit en management », a-t-elle indiqué.

Accor gère aussi deux Novotels à Sétif (ouvert en 2016) et à Constantine. Le Royal Hôtel d’Oran, propriété du groupe Mehri, est mis sous le label de luxe M Gallery d’Accor. « Le Royal est un hôtel emblématique qui raconte une histoire, d’où le choix de ce label », a estimé Narimane Morsi.

Cinq Ibis en Algérie

Accor Hotels manage déjà cinq hôtels Ibis, des établissements de classe économique, à Constantine, Sétif, Alger, Oran et Tlemcen. « Nous allons bientôt lancer des travaux d’extension de l’hôtel Ibis Alger pour augmenter sa capacité d’accueil. Nous allons ajouter 104 chambres aux 264 actuelles. Nous avons constaté, notamment lors des foires et salons, qu’il existe une forte demande. Nous avons également un projet de construction d’un Ibis à Mostaganem qui aura une capacité de 120 chambres », a annoncé la responsable du groupe.

Selon elle, Accor veut investir davantage notamment dans le Sud du pays. « Dans notre premier plan de développement, les régions du Sud n’ont pas été intégrées. Actuellement, nous sommes en train d’étudier le potentiel de certaines villes comme Hassi Messaoud », a-t-elle souligné. « Il est intéressant pour nous de nous implanter sauf que souvent nous nous heurtons à des freins comme le foncier. Nous ne trouvons pas forcément des terrains intéressants là où nous voulons nous implanter. Mais, nous avons une équipe de développement qui travaille dessus et qui cherche activement des terrains que ce soit dans le cadre de la joint-venture Siaha ou à la faveur des contrats de management », a-t-elle ajouté.

1.400 salariés du groupe en Algérie

« Sur Alger, nos clients sont à 60% étrangers et 40% algériens. En Provence, c’est le contraire avec une domination de la clientèle algérienne. Près de 80% de nos clients viennent dans nos hôtels pour un but de business, pour un séminaire, un salon, etc. Reste que le loisir reste un segment et une cible importante pour nous. Nous essayons de vendre les destinations pour attirer le maximum de clients. Nous devons aller les chercher », a détaillé Narimane Morsi.

Accor Hotels emploie 1.400 collaborateurs en Algérie dont 27% de femmes et 1% d’expatriés. Le groupe envisage d’augmenter le nombre de ses salariés algériens à 2.000 en 2020. La plupart des employés du groupe sont des jeunes : 48% sont âgés entre 25 et 34 ans et 4% ont plus de 45 ans. « La création d’une académie en Algérie est à l’étude pour la formation des personnels d’hôtellerie (accompagnement opérationnel, techniques de maintenance, gestion et finance, restauration, etc).

« Dans le monde, nous avons 18 académies. Il s’agit de nos centres de formation avec des encadreurs qui sont référencés et certifiés. Nous sommes aussi partenaires de 50 écoles et universités à travers le monde », a-t-elle précisé.
4.200 hôtels dans le monde

Le groupe Accor gère plus de 4.200 hôtels, resorts et résidences dont 1.182 en propriété ou en location implantés dans 92 pays. Avec 600.000 chambres, il est le premier opérateur mondial présent dans tous les segments de l’hôtellerie.

Accor est plus présent en Europe avec 28% de ses hôtels qu’en Asie Pacifique (26%), aux Amériques (13%) ou en Afrique et en Moyen-Orient (8 %, 195 hôtels en tout).

« L’Afrique et le Moyen-Orient est la région avec le plus grand potentiel de développement. Vous pouvez lire dans les sites internet qu’il existe d’autres groupes qui disent qui sont leaders. Accor est leader en tant qu’opérateur et non pas en tant que propriétaire. Le groupe a deux métiers complémentaires : Hotel Invest, donc investissement lorsqu’il est propriétaire et Hotel Services lorsqu’il est opérateur », a précisé Narimane Morsi.

Le groupe emploie 250.000 collaborateurs sous ses différentes enseignes. « Depuis deux ans, le groupe a accéléré sa stratégie de développement. Actuellement, il est propriétaire d’une vingtaine de marques allant du luxe à l’économique. Ces récents rachats concernent Raffles, Swisshotel et Fairmont. Il a racheté aussi des marques de milieu de gamme comme Mama Shelter et d’autres. Le groupe s’adapte à l’évolution du monde et au mode de consommation du client. Il est en train de vivre une mutation. Le cœur de cette transformation est le plan digital qui sera appliqué sur 5 ans. C’est un plan qui va coûter 250 millions d’euros. L’objectif est de renforcer notre position de leader en intégrant les nouvelles technologies de communication », a-t-elle précisé.

Le groupe est plus rentable sur le segment milieu de gamme (Midscale) et économique (Novotel, Mercure, Adagio, Ibis et Formule 1) . Ces dernières années, il tente de renforcer sa présence dans le segment du luxe ou de l’Upscale (Onefinestay, Banyan Tree, Rixos, Mgallery, Sebel, Angsana, Pullman, Sofitel Legend, Swisshotel, etc).

Accor développe aussi d’autres activités comme la conciergerie en rachetant John Paul, le fastbooking (pour accélérer les réservations) et l’organisation d’événements et dîners avec la reprise de Potel et Chabot. Accor groupe s’est lancé également dans le monde du spectacle en rachetant Bercy, la célèbre salle parisienne, qui s’appelle désormais Accor Hotel Arena.
Une chiffre d’affaires de 922 millions d’euros

Le groupe Accor a la gestion de 9.000 restaurants et bars à travers le monde. « Nous nous sommes plus focalisés ces dernières années sur le produit chambre que le produit restaurant. Avec la transformation que connait le monde, se concentrer sur la restauration devient inévitable pour nous. Nous voulons également mieux connaître nos clients pour leur offrir des services personnalisés de qualité. Nous devons chercher le client avant qu’il vienne à l’hôtel et le suivre après le départ », a détaillé Narimane Morsi en évoquant le plan stratégique du groupe.

Enfin, le chiffre d’affaire du groupe Accord, pour les six premiers mois de 2017, est de 922 millions d’euros (il était de 691 millions d’euros durant la même période en 2016).



Laissez un commentaire 🙂